Auteurs gagnants – édition 2019

Section A – Histoires de nature alpine

Gagnant absolu

Bertrand Muffat-Joly

Agent à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage en France. J’ai commencé mon activité photographique avec la digiscopie. En 2006, j’ai acquis un réflexe et un zoom, que je garde toujours dans mon sac à dos pour immortaliser des rencontres furtives, transcrire des atmosphères particulières et raconter des histoires humaines. Je m’engage à produire des images «militantes» qui montrent la précarité de la faune sauvage face à l’impact des activités humaines (perturbation, perte d’habitat, activités pastorales, chasse…).

Thème 1 – Petit c’est beau: microcosmes des Alpes

1er au classement

Leo Gayola

Photographe professionnel et guide de montagne. Professeur de photographie et organisateur de stages et de safaris-photos en montagne et ailleurs. Mon travail photographique a été récompensé à plusieurs reprises ces dernières années dans de célèbres festivals de photographie en France et à l’étranger. J’ai publié 3 livres sur les Alpes: «Alpes secrètes», «Les 100 merveilles des Hautes-Alpes» et «Mountain Dreams, rêves de montagne», récemment récompensé au Salon international du livre de montagne à Passy, Chamonix-Mont-Blanc.

2e au classement

Fabien Greban

Depuis mes débuts en 2005, j’ai choisi de consacrer mon activité photographique à la mise en valeur du massif du Jura en France. J’espère contribuer à faire prendre conscience de la beauté et de la fragilité de notre environnement « proche ». Photographe professionnel depuis 2012, mes images ont été publiées dans différents magazines. J’organise des cours de photographie, des conférences, je produis des articles pour la presse et publie des livres.

Thème 2 – La montagne qui change: éléments du paysage alpin en évolution

1er au classement

Fabrizio Moglia

Naturaliste et photographe depuis l’enfance. La photographie m’a conduit à passer beaucoup de temps à l’étranger ; je m’intéresse aux mammifères, aux oiseaux, aux reptiles et amphibiens, aux insectes, aux fleurs et champignons, bref, au milieu naturel dans son ensemble.
Ces dernières années, j’ai privilégié la nature au kilomètre zéro (locale) avec une étude approfondie du territoire italien et de sa faune, je prends mes photos dans un rayon de quelques kilomètres autour de la maison. J’ai collaboré avec de nombreux magazines nationaux et internationaux et gagné de nombreux concours. Mes œuvres ont été exposées en Italie et à l’étranger.

2e au classement

Giandra De Castro

J’ai appris la magie de la photographie avec mon beau-père italien, poète et photographe en noir et blanc. Depuis 5 ans, la photographie est ma passion dominante. Pendant 3 ans, j’ai consacré plus de 1000 heures au projet «Speaker for the Water» qui explore les reflets de l’eau. Je révèle des fantasmes, des mondes anciens qui ont disparu, des mondes possibles qui ne résistent pas à la réalité.

Thème 3 – Retours: vautours et grands prédateurs des Alpes

1er au classement

Fabien Dubessy

Naturaliste et ornithologue de formation, photographe professionnel et formateur, il aime partager une vision personnelle de la nature à travers ses photographies. Il est particulièrement friand d’images nettes dans lesquelles les sujets ne sont plus nécessairement identifiables et tend toujours plus vers la photo créative.

2e au classement

Massimo Arcaro

Né et élevé au Val d’Aoste, j’ai commencé à photographier dans les années 70 quand mon père m’accompagnait lors de mes premières randonnées en montagne. Ces dernières années, la photographie est devenue ma principale passion et dès que je le peux, je me consacre à cette activité qui me permet de combiner ma passion pour la montagne avec celle pour l’observation de la nature.

Section B – Les saisons dans le Parc Naturel du Mont Avic

1er au classement

Daniele Bariviera

En 2009, avec mon premier Reflex, j’ai abordé la photographie afin de capturer tout ce que Mère Nature donne de beau. J’aime la faune et l’avifaune italienne, souvent «piétinée» et défigurée: j’espère avec mes photos sensibiliser à la protection de l’environnement. Une de mes pensées: «nous sommes l’environnement dans lequel nous vivons… mais aussi ceux qui causons le plus de dégâts». Ma plus belle rencontre photographique? Celle qui est encore à venir…

2e au classement

Roberto Vallet

On dit «prendre une photo», on parle «d’images volées». Rien de tout cela. Je ne prends pas, je ne vole pas, j’observe, parfois je déclenche et je pars, pour revenir le lendemain. Et comme un bon hôte de passage, je m’arrête souvent juste pour saluer, pour ne pas faire perdre un temps précieux aux maîtres de maison et pour ne pas leur faire courir des risques inutiles.
J’aime « ma » montagne et ses habitants, apparemment faibles, majestueusement forts, habituellement discrets, toujours merveilleux.

3e au classement

Davide Biagi

Né à Milan, je me suis passionné pour la photographie au lycée, expérimentant dans les années suivantes les différents genres ; à partir de 2014 j’ai choisi de me spécialiser dans la photo naturaliste, en participants à des ateliers et des safaris-photos aux côtés de grands maîtres du genre. À ce jour, je compte plusieurs prix dans des concours nationaux et internationaux, des expositions dans des galeries d’art et des collaborations avec des magazines.
Je vis depuis peu dans le Trentin, guidé par mon amour pour la nature, et j’organise des ateliers sur l’Alpe Cimbra.